• Always Coming Second Best

    Après-midi. Littérature. Affalée sur un lit, des fleurs tourbillonnent. C'est si beau, si paisible. Dégradé de rouges, rose, bleu. Bien..    " Tu dors ? " Relève la tête de l'écharpe, les cheveux cachant le regard. " Oui ".

    Les rires dissimulés se mêlent aux débris. Il fait déjà nuit. Coin de bitume où l'on dévore les minces achats. Chaud d'un coup. Citron. Des gens observent. Dépravés. Véritables. Croise d'Autres. Chaleur (...) Cinéma. Mal au ventre à cause du trop ingurgité. Le regard s'ouvre. Le film est presque finit, les passages s'enchaînent. Béate. Aucune compréhension, cela semble tellement lointain. Ressors. Les marches sont trop hautes, immenses (...) Moites. Brisés, aucun recul. Longues traces rougeâtres. Comme si cela était l'unique moyen. Libérateur, cathartique presque. Débat psychologique, lutte intérieure pour rester. Ne pas bouger. Regarde les paumes. Saigne. Cela fait si peur. Observe, longtemps le corps cassé. Touche du bout des doigts les zébrures. Profond. Pourtant aucune distinction, comme si cela était lié. Inéductablement.


    L'amour sangsue est un cadeau du ciel Tu tends tes lèvres notre passion est consommée Mon coeur est un pute à qui tu loues ton corps Mon corps est cassé le tien se cambre ; Grave ton nom au creux de mon bras Au lieu d'être stréssée je suis allongée là, charmée Car il n'y a rien d'autre à faire Tous les moi et tous les toi. EYEM. 1998 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :